L’aquarium de la Porte dorée

~ MAAO ~

Fresque de l'aquarium de la porte Dorée | MAAO.   Entrée de l'aquarium de la porte Dorée .   Fronton de l'aquarium de la porte Dorée | MAAO porte d'entrée.   MAAO | détail du fronton.

   Un très bel Aquarium parisien au coeur de l’ancien Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie.
Une visite à ne pas manquer pour tout aquariophile…Organisé autour de plusieurs thèmes, les poissons primitifs, la symbiose dans les récifs coralliens, les comportements de reproduction, les poissons électriques, il accueille en outre en 2004 l’exposition « Piranhas enivrés » – Des poissons et des hommes en Guyane.La Guyane est donc à l’honneur aussi dans les aquariums, avec des poissons venus pour l’occasion et en particulier les fameux « Kumaru », les piranhas herbivores…Mais d’abord les aquariums… ( cliquez sur l’image pour l’agrandir )


maao-amazonienUn incendie amazonien de bleu et rouge… 
Un enchevêtrement de racines et de plantes, peuplé de discus, cardinalis, poissons hachette et Apistogramma spp.
maao-discus2Symphysodon aequifasciatus.
Le discus dans toute sa splendeur, loin des horreurs traficotées qu’on trouve sur le marché.
  maao-discus1Tête à tête… maao-crenicichlaLa silhouette effilée du prédateur: Crenicichla sp. « Xingu I »

maao-auchenoglanys Enfin un poisson du Tanganyika! Pas un cichlidé, mais le moustachu Auchenoglanis occidentalis.

maao-raiamasRaiamas moorii,
poisson grégaire et vorace de la famille des Cyprinidae qui se rencontre aussi dans le lac Tanganyika.
Geophagus steindachneriGeophagus steindachneri
Un cichlidé bossu venu de Colombie.
PeriophthalmeLa bouille étonnante d’un  Periophtalmus.
maao-corauxPlace à l’eau de mer et ses coraux…Un tableau vivant. maao-mureneUne sympathique murène. Brrrr…Gymnothorax funebris
Amphiprion ocellarisLe fameux Poisson clown,  Amphiprion ocellaris… mais tous les enfants qui l’aperçoivent l’appellent Nemo ! maao-anemoneSymbole de la symbiose des récifs, l’anémone Entacmaea quadricolor  et son Poisson clown Amphiprion frenatus. 
maao-marin  Paysage marin. maao-balisteRhinecanthus aculeatus
Ses touches colorées lui ont valu le joli nom commun de Baliste Picasso.
maao-poissoncorneUn Poisson licorne, Naso annulatus. maao-pomacanthusDans sa livrée de juvénile, un Poisson ange de l’océan Indo-Pacifique et de la Mer Rouge, Pomacanthus imperator.
maao-napoleon Cheilinus undulatus.
De la famille des labres, le Poisson Napoléon est l’un des plus grands hôtes du MAAO.
maao-rascasseLa venimeuse rascasse volante:
Pterois volitans

Les coulisses:

maao-coulisses1L’envers du décor…Tout ce que le public ne voit pas:  système de filtration, branchements électriques,  éclairage… maao-coulisses2   On y trouve aussi les bacs de quarantaine et les nurseries où sont élevés les alevins issus des reproductions ( très difficiles à récupérer dans ces grands bacs ! )

 

… puis l’exposition :    affiche-expo « Piranhas enivrés »
Des poissons et des hommes en Guyane
Exposition qui s’est tenue
du 11 février 2004 au 3 Janvier 2005. 

 

L’exposition s’organise autour de trois thèmes:
En premier les Piranhas et en particulier les « Kumaru », les piranhas herbivores…

watau-yaike    Dans les rapides du Haut Maroni, ces piranhas se nourrissent de fruits et de graines ou encore de plantes agrippées sur les rochers.   Ci-contre,Tometes lebaili , est une espèce récemment décrite par Michel Jégu, chercheur à l’I.R.D.
Les Indiens Wayanas le nomment  » watau yaikë « . Ils affectionnent sa chair riche et goûteuse et organisent chaque année une grande expédition de pêche mythique, la « grande Nivrée ».

 

kumaru   Un immense aquarium à l’entrée nous permet d’admirer quelques énormes spécimens à l’air placide.   Le flash étant proscrit et ces poissons gigantesques, ils sont très difficiles à photographier… Le plus gros spécimen doit mesurer dans les 80 cm!   Voici Colossoma macropomum, « tambaqui » pour les Indiens.

 

   Une semaine est nécessaire pour préparer une Grande Nivrée, expédition de plusieurs jours rassemblant plus de cent personnes.  Dès l’age de 5 ans, les enfants possèdent leurs propres flèches et vers 10 ans, les garçons plongent avec masque et fusil harpon. Les adultes ont chacun leur arc, plusieurs flèches et foënes, des cannes à pêche, un filet et aussi un fusil de chasse.
La veille du jour de pêche, le maître de pêche va chercher des lianes en forêt, des Lonchocarpus chrysophyllus, que les Wayanas appellent « Hali hali ». Le départ a lieu à 4h30 du matin.
  panneau-nivree

 

   Arrivés sur le site de pêche l’après midi, , les hommes battent environ 850 kg de lianes durant plus de 3 heures. Les « Hali hali »  contiennent une substance inoffensive pour l’homme mais toxique pour les poissons. Lessivées dans le rapide, elles libèrent ce poison qui est entraîné par le courant. Très vite, les poissons asphyxiés remontent à la surface puis sont entraînés en aval vers le bassin où sont postées les pirogues. Sur les embarcations, sur les rochers ou à la nage, hommes, femmes et enfants capturent sans relâche. Les prises sont partagées en parts égales dans les pirogues, quelle que soit la participation de chacun. La pêche se compose en majorité de kumaru de 3 à 5 kg et de poissons-roche.  Certains poissons seront vendus frais et salés au centre administratif voisin, le reste sera boucané ou séché pour être consommé au village.Les Wayanas pratiquent cette pêche avec modération, afin de ne pas perturber l’environnement et piller ses ressources: le même site ne sera plus pêché avant 5 à 10 ans.

 

biotope1   C’est un écosystème entier que l’on découvre, dont la « wija », magnifique plante qui fait le régal des Kumaru et abrite les organismes à la base de la chaîne alimentaire des rapides.
L’ambiance est assez réussie, avec la reconstitution d’un rapide de quinze mètres de long, des enregistrements sonores, et un très beau film sur la grande nivrée et l’expédition scientifique menée par le MNHN en 2000.   Le dépaysement est total…

 

  Un mot de l’expédition scientifique qui a fait l’objet de ce film. Cette mission baptisée Opération Nivrée 2000, avait pour objectif d’étudier, en fonction des types de pêche à la nivrée, l’impact de ces techniques sur la faune du Haut Maroni. L’équipe basée à Antécume Pata, village Wayana, a donc suivi plusieurs nivrées, et récupéré les poissons qui échappent aux pêcheurs. Ils ont pu recenser 91 espèces de poissons, dont 34 nouvelles pour cette région. Le film est captivant, on donnerait cher pour être à la place de ces scientifiques qui ont été les témoins privilégiés, pendant plusieurs mois, de la vie des Indiens Wayanas.Mais revenons à l’exposition. Au delà de cette pêche légendaire, elle aborde justement le thème des Indiens Wayanas et de leur mode de vie.
Et c’est là à mon avis le bémol de l’exposition. Les somptueuses photographies, les dessins d’enfants et les légendes fascinantes pour nous gentils occidentaux, font oublier ce qui pourrait être le thème central de l’exposition, et qui n’est qu’effleuré.   La Guyane fait face à une réelle catastrophe écologique due à l’orpaillage. L’écosystème est menacé par les boues générées et la pollution généralisée du milieu naturel.
Le mercure, largement utilisé par les chercheurs d’or et déversé sans contrôle, pollue massivement les cours d’eau et les poissons. Concentré dans l’organisme des poissons, il entraîne chez l’homme des malformations du foetus et des troubles neurologiques graves.
Sans parler de l’invasion du territoire Wayana par les orpailleurs.
De ce drame vécu par les Indiens Wayanas, à peine quelques mots sur une affiche traitant des « menaces » de l’écosystème, et pourtant c’était peut-être là l’enjeu le plus important d’une telle exposition…C’est le regret que me laisse l’exposition, par ailleurs magnifique et riche en images… Heureusement le livret de l’exposition « rattrape le coup », en retraçant dans ses conclusions la situation préoccupante de la Guyane. C’est un bon complément qui aborde plus en profondeur les sujets effleurés lors de la visite.


biotope2
 

Aquarium de la Porte Dorée
293, avenue Daumesnil – 75 012 Paris (M° Porte Dorée)
Tél. : 01 44 74 84 80“Piranhas enivrés, des poissons et des hommes en Guyane”
Exposition du 11 février au 31 août 2004
Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 17h15Site: www.palais-portedoree.org
Merci à Yves Fermon pour ses documents et renseignements et sa gentillesse.

balades aquariophiles

 

(870)

Cet article a été lu

(870)

fois. Merci !

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés