A la découverte des poissons du lac Tanganyika 6

Altolamprologus fasciatus

Un jeune Altolamprologus fasciatus dans un herbier d’Hydrilla. Ce poisson nage souvent à bonne distance des rochers. Photo ©Hervé Thedy

Asprotilapia leptura

Asprotilapia leptura, une espèce facile à identifier pour nos recensements. Photo ©Hervé Thedy

Julidochromis marksmithi

Julidochromis marksmithi, une jolie espèce récemment différentiée de Julidochromis regani. Photo ©Hervé Thedy

 

 

 

 

 

 

 

Nous finissons le recensement des espèces herbivores accompagnées des informations de bathymétrie et de configuration de l’habitat rocheux pour entamer l’identification exhaustive des espèces présentes autour du petit îlot désormais baptisé entre nous « Crocodile Island ».

 

 

Lepidiolamprologus lemairii

Un jeune Lepidiolamprologus lemairii à la frontière entre le sable et la roche. Photo ©Hervé Thedy

Neolamprologus furcifer

Neolamprologus furcifer (caudale arrondie). Photo ©Hervé Thedy

 

 

 

 

 

 

 

J’ai relevé deux records pour la journée : le Cyphotilapia gibberosa le moins profond à 9 mètres (seulement !) et l’Ophtalmotilapia ventralis le plus profond à 4 mètres (alors qu’Ophtalmotilapia boops se rencontre jusqu’à plus de 10 mètres).

 

Les Eretmodus cyanostictus se font rares, nous en avons recensé une petite dizaine pour le moment sur notre secteur d’étude.

Petrochromis sp Kazumbe

Les Petrochromis : un casse-tête en termes d’identification sur le site. Ici Petrochromis sp. Kazumbe. Photo ©Hervé Thedy

Xenotilapia sp. sunflower

Xenotilapia sp. sunflower, une espèce appréciée des aquariophiles. Photo ©Pierre Rouillan

 

Cet article a été lu [post_view] fois. Merci !

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont fermés