Voyage en Tanzanie J + 3-4-5-6

En route pour Mbeya.


Le voyage sur le lac Tanganyika sur Facebook

J 1J2 – J 3-4-5 & 6

 

Le 2 septembre

La nuit a été calme, et le coq discret… Ma dulcinée m’envoie un SMS, la journée commence bien !Le café est fort, et agréable, nous parlons de notre départ vers le lac…
Impatience …La matinée est consacrée à quelques achats, j’ai oublié mon duvet(…) j’en achète donc un nouveau dans un grand supermarché de la ville… Nous changeons nos Dollars en Shillings tanzaniens…


Shillings tanzania

Depuis le courant de la matinée, il n’y a plus d’électricité sur le secteur, le générateur est
mis en route régulièrement pour alimenter la maison, et les installations
d’acclimatation des cichlidés. La nuit tombe rapidement, et la vie continue…
De grandes chauves-souris ont survolé le quartier juste avant la nuit noire,
la lune est remontante, à la pleine lune nous serons sur le lac.

 

Le 3 septembre.

Nous prenons la route vers 7 h 30, après quelques emplettes, les choses
sérieuses commencent. Salmin a acheté les spaghettis, du lait en poudre, de
l’huile de palme, ainsi qu’un carton de bouteilles d’eau pour la route.Le minibus que nous prenons est le même que l’an dernier, il est climatisé, cela
nous évitera de cuire dans la chaleur de l’intérieur des terres…

Sisal en bord de route.

 

Sisal en Tanzania

 

Sisal sur la route de Dar es Salaam.

De grands champs de Sisal longent la route sur plusieurs
dizaines de kilomètres, le

Sisal
est cultivé pour sa fibre végétale très résistante, originaire

du Mexique cet agave pousse également à l’état sauvage un peu partout dans
le pays.

Sisal.

 

 

La matinée s’est passée tranquillement, la route est relativement dégagée. Peu après midi, nous abordons le parc national de Mikumi (déjà traversé l’an dernier, au retour). Les zèbres, antilopes et gazelles sont au rendez-vous, les girafes également… Un éléphant solitaire s’abrite à l’ombre précaire d’un acacia… Un petit groupe de Buffles rumine…

Buffles.

Buffles.


Éléphant à l'ombre d'un acacia.

Éléphant à l’ombre d’un acacia.


Girafes.

Girafes.


Portrait d'une Girafe.

Portrait d’une Girafe.


Marabout et jeune sur leur nid.

Marabout et jeune sur leur nid.


Gazelles paissant.

Gazelles paissant.


Zèbre au repos.

Zèbre au repos

 

Vers 13 h 30 nous faisons halte dans un bourg, et déjeunons, je mange mon
premier poisson frit du voyage, c’est visiblement un Tilapia, accompagné de
pommes de terre frites…

###


Ce soir nous dormirons à Mbeya.


…Le minibus en décide autrement, un gros
problème de refroidissement, nous oblige à stopper, après une réparation
de fortune (du thé en poudre est mis dans le circuit pour que les trous
soient bouchés), nous redémarrons, mais cela ne dure pas, et nous devons
faire halte dans un « relais ».

Le minibus.
Quelques échoppes sont ouvertes, dans l’une on
vend du savon, l’autre des boissons, une autre propose des frites avec de
l’omelette, tous nous en prenons, un régal, la sauce au piment nous
réchauffe, il fait froid, à peine plus de 10° C., nous sommes dans une
région de hauts plateaux qui culminent à 1600/1700 mètres…

Maintenant nous devons attendre, quelqu’un doit venir dans la nuit pour
réparer la panne. Nous ne savons rien du temps que cela va prendre, soyons
patients.


###
###

###Une demie heure plus tard, nous apprenons que le
minibus vas rester dans un garage, pas loin, et une voiture avec chauffeur
nous emmène à l’étape. Nous prenons la route à 22 h 30, et arrivons à
Mbeya, à 2 h 30 du matin… Hotel… Morts de fatigue.

 

Dernière étape Sumbawanga, et le Lac

Le voyage sur le lac Tanganyika sur Facebook

Billet Mbeya express

Salmin Mwamba.

Salmin & Benoît G.

Le 4 septembre.

      Nous sommes prêts à partir à 6 h 30, Salmin, nous emmène à la station de bus, et nous découvrons les joies de la route, en transport en commun. Tant que nous roulons sur l’asphalte, je vais bien… Au bout de quelques heures, le long ruban noir fait place à la piste en latérite c’est là que mes ennuis commencent.

 

 

Ma place se trouve sur l’essieu arrière du bus… Je verrai plus tard que des lames de la suspension ont sautées de leur logement… Et le moindre chaos devient une bosse immense !

      J’ai quand même pris la précaution de me munir d’une minerve pour me tenir le cou, perclus d’arthrose… Mes lombaires souffrent le martyre, et mes dorsales sont sans dessus dessous… Un point de sciatique se fait sentir… J’ai hâte d’être arrivé !

      Mon voisin est sympathique il commence par me proposer à manger de son pain, à l’heure du breakfast. Nous discutons un peu de choses et d’autres, sur le pays, mon voyage, où il vit etc. Mon anglais étant ce qu’il est, ce n’est pas toujours simple de se comprendre, mais ici, l’important c’est de communiquer.

 

 

 

Sumbawaga - Rukwa - Tanzania.                             Zanzibar guest house -Sumbawanga-

Zanzibar guest house room.

Nous arrivons à Sumbawanga aux alentours de 15 h 30, et je retrouve ma chambre de l’an dernier dans le « Zanzibar guest house ». La ville est calme, nous arrivons aux heures les plus chaudes.

Douche, rasage, farniente…

 

…Nous sortons nous balader, la température en cette fin de journée, est plus clémente, nous passons dans un marché, y voyons des dagaa; sardines du lac Tanganyika, je repère aussi des Lates stappersii… Nous achetons des fruits, certains ressemblent à des dattes mais semblent ne pas être récoltés en grappes; ils ont un bon goût fruité et acidulé qui nous rappelle le cassis (il s’agit de Tamarillo), des citrons, pour faire du poisson cru sur le lac, et une bonne grappe de petites bananes sucrées et goûteuses.

 

19 h 00, c’est l’heure de notre comprimé quotidien d’antipaludéen, du malarone…

20 h 00, heure de manger, je prend un Lates stappersii frit…

Lundi 5 septembre.

Mosquée.
Il est 6 h 00, l’appel à la prière me réveille… Nous sommes en terre musulmane, je me rendors…

Après un petit déjeuner simple (chapati et thé), nous apportons nos bagages à la petite gare routière, puis nous partons déambuler, à la suite de Salmin, dans les rues de la ville. Après quelques temps, nous arrivons dans une rue qui fleur bon, les dagaa, cette rue sent Kabwe….

12 h 30, le bus nous rejoint à cet arrêt, nous montons, et après quelques temps d’attente, le voilà qui s’ébranle.

Bus Sumbawanga.                     Bus in Tanzania.

Nous voici dans la dernière ligne droite avant notre destination, le lac Tanganyika. Le voyage se passe sans encombre, quelques arrêts, quelques pauses, et à l’approche de la tombée de la nuit, il apparaît enfin !

Les reflets du soleil sur le lac se voient de loin, et nous scrutons le moindre détail, tout à coup je reconnaît la presqu’île d’Utinta, avec au bout Slaf rock !

Bagages à Kabwe.

Le fameux OCD est là, et ce gaillard prend trois de nos plus gros sacs, il doit se trimballer environ 60 kilos sur le dos et les bras !
J’hallucine, d’autant plus qu’en un rien de temps il est 200 mètres devant nous. Tout à mes retrouvailles, je salue Jumanne, Shabani, John, Hamis, un autre pêcheur qui parle français très bien, Kalolo n’est pas loin, nous nous serrons forts, je suis très heureux de le revoir, je suis heureux de tous les revoir !

 

Kabwe tanganyika.

 

 

 

Hamis et Benja sont au bateau…

 

 

 

 

 

Petrochromis frits.

 

 

      La chaleur de leur accueil m’émeut profondément.

 

 

 

      Nous allons nous amarrer à Kenge beach, Benoît déguste son premier Petrochromis, et les spaghettis sucrées salées…

 

La lune sur le lac Tanganyika.

 

 

 

Il est temps de dormir, première nuit sur le lac, sommeil plus ou moins agité…

 J 1J2 – J 3-4-5 & 6

Translate »