Stratégies prédateurs piscivores – Tanganyika

Les prédateurs piscivores

 

Lepidiolamprologus profundicola prédateurs piscivores

Lepidiolamprologus profundicola (Mtosi)

Même si peu d’espèces de cichlidés sont des prédateurs piscivores au sein du lac Tanganyika, celles-ci ont développé un nombre étonnant de stratégies alimentaires. Mais plutôt faudrait-il ici parler de techniques de chasse. On a ainsi pu observer 9 techniques de chasse au sein de l’espèce Lepidiolamprologus profundicola.

Des études in-situ montrent que chaque individu utilise entre 2 et 8 techniques, mais la moyenne tourne autour des 3. Tout simplement parce qu’un poisson préfère être optimal dans 2 techniques de chasse qu’être moyen dans 8 techniques. A noter qu’aucun cichlidé n’est spécialisé dans les techniques P8 et P9.

Au niveau des cichlidés piscivores, on a constaté que l’adoption de ces techniques était indépendante de la taille, du sexe du poisson et de la compétition alimentaire observée dans l’habitat.

Ces 9 techniques de chasse peuvent être séparées en deux catégories: les techniques où le chasseur part d’un endroit sombre (ex P2) et les techniques où il part d’un endroit exposé à la lumière. On a pu ainsi observer généralement deux formes chromatiques chez les cichlidés piscivores; une forme sombre et une forme claire en fonction des techniques de chasse utilisées.

Un autre critère peut être utilisé pour différencier ces techniques. En effet, on constate que certaines techniques sont solitaires, le prédateur se débrouillant seul (P1, P2, P3, P4 et P9) et que d’autres nécessitent d’autres acteurs, bien que non participants volontaires (P5, P6, P7 et P8).

D’après des observations faites dans le lac, les proies préférées des L. profundicola seraient (par ordre de préférence):

Telmatochromis spp.

Lamprichthys tanganicanus

Xenotilapia spp.

Eretmodini spp.

Neolamprologus spp.

 

P1: Chasse à l’affût sur surplomb

Le poisson attend sur le dessus d’une roche puis fond sur sa proie.

Neolamprologus fasciatus

.

P2: Chasse à l’affût cachée

Le prédateur attend sa proie caché dans l’obscurité avant de se jeter dessus.

Lamprologus lemairii

.

P3: Chasse poursuite sur substrat découvert

Le prédateur circule à environ 20 cm du substrat puis s’élance sur sa proie.

Lepidiolamprologus cunningtoni

.

P4: Chasse poursuite en pleine eau

Circule en pleine eau puis se jette sur sa victime située en contre bas sur le fond.

Lepidiolamprologus kendalli

.

P5: Chasse en pleine eau derrière un cichlidé

Le prédateur circule en pleine eau camouflé derrière un cichlidé non-piscivore de plus grande taille jusqu’à ce qu’il aperçoive sa victime.

P6: Chasse sur substrat derrière des fourrageurs

Le prédateur se mêle à des fourrageurs de sable pour approcher et tromper la confiance de sa proie avant d’attaquer.

P7: Chasse en pleine eau derrière un banc de planctophages

Se camoufle dans un banc de planctophages (type Cyprichromis) avant de fondre sur sa proie située en contrebas.

Lepidiolamprologus elongatus

Lepidiolamprologus elongatus.

P8: Chasse opportuniste Alors que le prédateur refoule un cichlidé herbivore de son territoire, il poursuit sa course pour attraper une proie surprise par cet évènement extérieur.
P9: Chasse par surprise Le prédateur rode entre les rochers et se jette sur la proie qui entre dans son champ de vision.

Neolamprologus fasciatus

.

P10: Chasse au réveil Ce type de chasse a été observé chez les Cyphotilapia qui, compte tenu de son patron de coloration assez voyant, ne peut se permettre d’espérer surprendre une proie quelconque. Du coup, il profite de l’obscurité (principalement tôt le matin) pour attraper des petits cichlidés endormis sur le substrat comme des Cyprichromis.

Cyphotilapia gibberosa

.

>Retour aux Stratégies<

 

 

Translate »