Tropheus duboisi , généralités/précisions…

#########Par Denis Jeandel #########

Article paru dans (Agora Troph N° 8), l’Agora Troph est le bulletin de liaison du GTroph.

>>> Voir d’autres documents sur Tropheus duboisi <<<

   C’est en 1958 que Tropheus duboisi a été importé pour la première fois en Europe. Il ne survécut malheureusement pas longtemps. Les connaissances sur la maintenance de ce poisson étaient insuffisantes.
Ce n’est que dans les années 1970 qu’il fut importé plus régulièrement.
C’est sans doute grâce à la robe des juvéniles que Tropheus duboisi a connu un vif succès, il reste aujourd’hui très populaire et si autrefois les mélanges entre les spécimens de lieu de captivité étaient fréquents, aujourd’hui une connaissance plus précise des différents spécimens permet un maintien plus rigoureux des souches afin de conserver chez l’adulte un maintien de coloration fidèle à celui des spécimens types.

Tropheus duboisi.

Origine :
   Tropheus duboisi est endémique du Lac Tanganyika. Son habitat est le littoral rocheux du lac à une profondeur de 3 à 12 mètres, occasionnellement des jeunes se rencontrent en surface.
Il semblerait donc que cette espèce vit à une profondeur plus importante que Tropheus moorii que l’on trouve plus volontiers entre 0.5 m et 3 m. Tropheus duboisi est une espèce moins fréquente que Tropheus moorii puisque la nourriture est moins abondante à la profondeur qu’il habite.

 

La forme générale :

Nous ne nous attarderons que très peu sur la description de Tropheus duboisi  l’essentiel étant relaté dans le document précédent, nous rappellerons simplement quelques points.
La taille est d’environ 13 à 15 cm, il n’existe pas de différenciations entre le mâle et la femelle. Le mâle présente toutefois les nageoires un peu plus effilées que les femelles, la différenciation se fera donc essentiellement par l’examen des papilles génitales.
Le corps est trapu, caractérisé par une coloration généralisée bleu-noir. La tête est bleu ardoise, le corps est traversé par une bande pectorale de largeur variable de 3 à 6 écailles variant du blanc au jaune vif en fonction des variétés géographiques qui seront définies ci dessous.
Comparativement aux autres Tropheus (moorii), la bouche est moins infère, ce qui rendrait Tropheus duboisi  l’espèce la moins spécialisée du genre ( « la répartition clairsemée de Tropheus duboisi, sa présence en zone profonde moins hospitalière, indique qu’il s’agit d’une espèce relique supplantée par les espèces du groupe moorii » P.Tawil).
Tropheus duboisi (livrée juvénile) en aquarium.
Les jeunes sont très caractéristiques de l’espèce, la robe est noire, parsemée de points blancs vifs.
La disparition de cette coloration est très variable selon les individus, les dominants perdent la coloration juvénile vers 5 cm environ.
La coloration définitive est atteinte progressivement. Nous aurons donc dans une même portée des individus avec un échelonnement de la robe allant du juvénile à l’adulte. Certains jeunes présentant à la fois, la barre pectorale de l’adulte et les points blancs du juvénile.

#########                                                                     #########

Les différentes aires de répartitions :

Note : on ne trouve Tropheus duboisi que dans la partie Nord du lac.
Trois formes sont trouvées en Tanzanie et une en République Démocratique du Congo, il est donc absent du Burundi et de la Zambie.

Aire de Bemba
Carte de localisation de Tropheus duboisi à Bemba / Pemba.Remarque :
Bemba = Pemba
Pemba en Swahili
Bemba en Kilembe
C’est à Bemba qu’a été pêché par J. DUBOIS le spécimen type, en 1957.
Bemba se situe dans le Nord du Congo.
La livrée présente une bande étroite, 3 écailles environ, régulière, blanc jaunâtre.

Tropheus duboisi de Pemba / Bemba en aquarium.


 

 

 

 

Aire de Kigoma
Carte de localisation de Tropheus duboisi de Kigoma.
Située en Tanzanie, côté nord – est du lac Tanganyika, à l’extrémité Nord de la Tanzanie, à mi- distance entre le delta de Malagarazi et la frontière du Burundi.
La livrée présente une bande étroite, 3 écailles environ, nette, plus jaunâtre que la forme de Bemba.


 

 

 

 

 

 

 

Aire de Karilani
Localité de Karilani, Tropheus duboisi.
   On les trouve autour de l’île de Karilani en Tanzanie (géographiquement en face de Bulu point).


 

Aire de Maswa

C’est la plus jolie de toutes les formes présentées.
La bande est plus large 6 écailles environ, le jaune est plus soutenu que sur la livrée des formes décrites ci dessus.

Tropheus duboisi (Maswa).
Maswa est situé en Tanzanie, c’est une ancienne forteresse qui a donné le nom à l’espèce. Situé au Nord de Kabogo et au sud de la Malagarazi, rivière importante et permanente. C’est un des principaux affluents du Tanganyika, la Malagarazi prend sa source dans les montagnes du Burundi et se jette dans le Tanganyika au niveau du village de Liagala

Une population de robes identiques est trouvée à Halembe, endroit situé un peu plus au sud de Kabogo.
Remarque : certains spécialistes signalent que la robe de la forme récoltée à Halembe présente
une bande d’un jaune plus soutenu que les populations de Tropheus duboisi “Maswa” trouvées plus au nord.

Le Tropheus duboisi dans son milieu naturel.

Bien que territorial, Tropheus duboisi se déplace régulièrement: son environnement ne lui permettant pas de trouver la quantité de nourriture suffisante de façon pérenne.
On le trouve seul ou en couple, il partage son habitat avec d’autres espèces du genre
A Bemba en compagnie de Tropheus sp black “Bemba”
A Karilani en compagnie de Tropheus Brichardi “Karilani”
A Kigoma en compagnie de Tropheus brichardi “Kigoma”
A Maswa en compagnie de Tropheus brichardi “Karago”, Tropheus brichardi “Kabogo” et Tropheus brichardi “Halembe”.
Tropheus duboisi "Maswa", en aquarium.Tropheus duboisi vit dans des zones plus profondes que les autres espèces du genre, sa bouche est en position moins infère que les autres Tropheus, lorsqu’il broute, son corps forme un angle avec le substrat contrairement aux autres espèces du genre dont le corps est en position plus horizontale.

Il n’y a donc pas de concurrence alimentaire entre Tropheus duboisi et les autres Tropheus avec lesquelles il vit en sympatrie.
Ad Konings explique par contre que c’est peut-être à cause d’une concurrence alimentaire avec d’autres herbivores que Tropheus duboisi n’est présent que dans des localités bien précises et peu nombreuses.

Si comme nous l’avons évoqué au début de l’article, les adultes se rencontrent à des profondeurs de 3 à 12 m, il est fréquent de trouver des jeunes Tropheus duboisi qui se nourrissent dans la partie supérieure de la colonne d’eau, entre 2 et 3 mètres.

#########                                   #########

La reproduction :

   Tropheus duboisi est un incubateur buccal monoparental de type maternel. La ponte est sensiblement différente des autres espèces du genre, les reproducteurs ne se couchent pas sur le coté lors de l’émission de la laitance. Le nombre des œufs est peu élevé entre 9 et 12 en moyenne. Les œufs sont relativement gros et, plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer la taille :
– Les œufs des Tropheus sont gros car la ponte a lieu dans des zones où la
turbulence de l’eau est importante et cela permet à la femelle de récupérer l’œuf avant
qu’il ne soit emporté dans la colonne d’eau.
– Les œufs des Tropheus sont gros ce qui donnera des alevins de taille importante
qui pourront ainsi échapper aux prédateurs, il n’y a en effet pas ou très peu de protection maternelle après le lâcher des alevins chez les Tropheus.
-La taille des œufs est plus importante car le genre a évolué depuis très longtemps vers l’incubation buccale, au contraire, par exemple, de Gnathochromis permaxillaris qui peut avoir plus de 200 petits par ponte, les Tropheus en on rarement 20.
Nous n’apporterons pas de réponse à ces hypothèses mais il nous semblait important de les évoquer.
L’incubation dure entre 3 et 4 semaines; pendant l’incubation, les femelles se nourrissent en prenant de petites particules alimentaires, avec beaucoup de précautions. Lorsque les alevins sont libérés ils mesurent 8mm et sont aptes à rechercher la nourriture En cas de danger, ils peuvent être repris en bouche par la femelle mais ce n’est pas systématique et jamais au delà de quelques jours.
La croissance est assez rapide, la maturité sexuelle est atteinte en moins d’une année.
Nous noterons que les jeunes femelles incubent peu d’œufs et qu’il est possible d’avoir plusieurs échecs avant d’obtenir une première portée d’alevins.
La coloration des jeunes: à la naissance, la livrée est gris sombre, elle va très rapidement évoluer vers cette robe tant appréciée des amateurs, noire jais parsemée des points blancs-bleutés, vers 5 cm chez les individus dominants, la coloration évolue pour atteindre la livrée définitive des adultes.

Tropheus duboisi (document : Hugo Loisel).

Le maintien en aquarium :

Si nous prenons comme référence l’observation en milieu naturel, nous pouvons très bien maintenir Tropheus duboisi par couple. Si nous nous référons au genre nous pouvons les maintenir en groupe. Les deux choix fonctionnent et il n’y a pas plus de problèmes par couple ou en groupe mais si le maintien par couple est choisi, à la perte d’un des deux partenaires il sera pratiquement impossible de former un nouveau couple avec l’apport du sexe disparu, pour deux raisons. La première c’est simplement parce qu’il faut être certain de pouvoir introduire un géniteur de la même souche (aire de répartition) et la seconde comme chacun le sait introduire un nouveau venu est d’une extrême complexité. Si nous choisissons le maintien en groupe une hiérarchie propre au genre va s’établir.
Le bac ne devra pas être d’un volume inférieur à 500 litres pour un groupe d’une quinzaine d’individus au départ ou pour un couple, le caractère agressif et territorial nécessite ce type de volume quelque soit le choix du maintien.
Certains diront : « chez moi ça marche dans un volume plus petit…. » oui c’est vrai ça peut marcher mais nous pensons qu’il est important de fixer d’emblée un volume qui permettra de garder Tropheus duboisi dans des conditions minimales pour l’élevage et la reproduction.
Le décor : Tropheus duboisi vit dans un biotope rocheux, les puristes agenceront le bac avec les pierres empilées jusqu’à la surface, d’autres placeront une seule pierre centrale, d’autres encore opteront pour un bac nu.
La nourriture : elle conditionnera le choix des poissons qui cohabiteront avec les Tropheus si ces derniers ne sont pas maintenus en bacs spécifiques. Les Tropheus sont des herbivores, nous distribuerons donc essentiellement une nourriture à base d’algues.
L’éclairage sera assez intense afin de favoriser la croissance des algues et la température réglée à 26 °C environ.
Les pathologies sont celles des Tropheus en général et nous vous invitons à vous reporter aux articles du bulletin N° 6 du groupe Gtroph. L’agressivité des Tropheus peut également engendrer des plaies sur les individus dominés que nous traiterons avec de la teinture d’iode ou de la mercurescéine.

#########                                                                     #########

Mon expérience personnelle :

Il me semble tout d’abord utile de préciser que les éléments apportés dans ce propos n’engagent que moi et fonctionnent bien chez moi. Il peut en être autrement chez certains éleveurs. Les « expériences » tentées sur ce Tropheus n’ont pour but qu’une vérification de certaines affirmations.
J’ai eu la chance de pouvoir acquérir il y a un peu plus de deux ans 4 mâles et 12 femelles adultes sauvages, après une période d’acclimatation et de quarantaine sur laquelle j’ai peu de chose à dire. Les Tropheus duboisi “Maswa” ont été placés dans un bac de 1300 litres.
Le pH est de 9.2, et la conductivité de 1100µS, je ne mesure aucun autre paramètre.
Comme décor une pierre plate posée sur deux tuyaux de 15 cm de diamètre. La filtration se fait sur mousse par des exhausteurs. La température est réglée à 26 °C. La lumière éclaire le bac 14 heures par jour. Je distribue la nourriture une seule fois par jour, toujours la même, le matin. Je fais une changement d’eau de 1/3 du volume chaque semaine avec ajout de sels pour équilibrer mon pH et ma conductivité.
#########Les Tropheus duboisi “Maswa” se sont reproduits dès le mois suivant l’introduction dans le bac de 1300 litres, souvent plusieurs femelles en même temps. Le nombre des alevins récupérés est de l’ordre de 2 ou 3 par ponte, le reste est dévoré par les adultes (et plus tard par les Simochromis diagramma et les Limnotilapia dardenni introduits dans le bac). J’ai rapidement décidé de faire cracher les femelles après 21 jours d’incubation. J’ai ainsi récupéré plusieurs dizaines de jeunes que j’ai fait grossir.

On m’avait dit : « Il ne faut jamais faire cracher les femelles, cela donne plus tard de mauvaises incubatrices » c’est faux et plusieurs de mes amis à qui j’ai donné des jeunes peuvent témoigner ; je peux même affirmer qu’il y a un avantage à cette méthode car les jeunes alevins profitent très rapidement d’une nourriture adaptée et grossissent donc mieux.
Je sais bien que je vais faire hurler les aquariophiles accrochés aux méthodes naturelles mais je le répète, c’est une constatation.
Ayant pas mal de jeunes disponibles, et, à la suite d’une remarque faite par un de mes amis qui élève également des Tropheus et qui se demandait pourquoi les jeunes Tropheus n’avaient jamais le « gros ventre », j’ai testé l’élevage d’une portée en donnant de la nourriture très riche en protéines animales, des artémias et même des vers de vase et effectivement aucun des jeunes élevés jusqu’à une taille de 7 cm n’a été malade. Il serait intéressant de recenser
chez les éleveurs les jeunes Tropheus ayant été atteint par cette maladie.

Tropheus duboisi de Maswa (juvénile en aquarium).

Le cas du “Stardust”
Nous ne pouvions pas terminer cet article sans parler de Tropheus duboisi  “stardust”
Tropheus duboisi 'stardust'.   Qui n’a pas rêvé d’avoir dans un bac un groupe de Tropheus duboisi adultes possédant la robe des juvéniles ?
Tropheus duboisi “stardust” est issu de sélection naturelle. Dans les étangs d’un éleveur professionnel sur les bords du lac, il a été remarqué que certains jeunes Tropheus duboisi conservaient une robe juvénile assez tardivement, ces Tropheus ont été isolés, gardés, rassemblés, pour arriver à obtenir des adultes gardant le patron de coloration juvénile. Aujourd’hui, ces adultes se reproduisent et sont diffusés.
Il n’y a aucune différence dans la morphologie du poisson, pas de manipulation génétique, tout simplement une sélection
(NDLR) Le comité de pilotage du groupe Gtroph de l’AFC a souhaité, à l’unanimité, ne pas cautionner ce Tropheus.

#########                                                                     #########

>>> Photos de Tropheus duboisi <<<

 

>>> Description de Tropheus duboisi <<<

Remerciements à Laurent Bourdelas qui a fait une lecture du texte et à Eric Genevelle qui a bien voulu corriger cet article et qui m’a procuré certains documents.

Hugo Loisel pour ses photos, ainsi que Sébastien Bochenko (BAGADOU).

Bibliographie :

Les cichlidés du Tanganyika dans leur milieu naturel Ad Konings

African Cichlids II Tanganyika I Tropheus Peter Schupke

Dossier TropheusTropheus duboisi” Eric Genevelle (mai 1999)

 

(44)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés