Tropheus moorii “Chaitika”

Tropheus moorii “kasabae” expérience…( Nelissen, 1978 )

Auteur: René Martinez

#########

Identification:

Cette variété a été décrite comme sous-espèce de Tropheus moorii par Nelissen. Elle correspond au poisson communément appelé Tropheus “chaitika”, “arc-en-ciel bleu, “blue rainbow”, “regenbogen moorii”, etc.

Origine:

En aval de l’estuaire de la Lufubu, jusqu’au cap Chaitika, à une profondeur comprise entre 1 et 5 mètres.

Taille:

12 à 16 cm pour les mâles, 12 à 15 pour les femelles.

Tropheus moorii

Description:

Comme bon nombre de variétés “sudistes” du lac, la couleur de fond sombre est vermillon irisé de bleu. Des barres traversent le corps, comme chez tous les Tropheus de type “moorii”. L’oeil est cerclé de jaune. La tête présente une multitude de points blanc bleuté qui se rejoignent sur le front pour former plusieurs barres horizontales parallèles. Le dessous de la tête est bleu tandis que la partie supérieure est de même couleur que le corps. Si les sujets sont dominés ou pas très à l’aise dans leur milieu, ils présenteront cette livrée sans grand attrait. Par contre, lors de l’acquisition d’exemplaires de cette espèce chez un grossiste, dix adultes sauvages (6 mâles et 4 femelles), maintenus seuls dans un bac de 600 litres sans décor présentaient une tout autre coloration. Un bleu éclatant dominait. Si ces poissons sont maintenus comme mentionné ci-dessus (seuls sans pierres), ils seront sans nul doute les plus beaux Tropheus évoluant en captivité. Malheureusement, chez moi, ils n’adoptèrent ce coloris qu’au moment du frai, tant ils étaient dominés par l’autre espèce.

Tropheus moorii Alimentation:

Identique à celle des autres variétés et espèces du genre. Des scientifiques ont néanmoins émis l’hypothèse que dans la localité d’origine de ce poisson, il existerait une substance qui, associée aux végétaux, favoriserait cette pigmentation bleue, notamment chez Tropheus moorii “kasabae” et Ophthalmotilapia ventralis. Cette hypothèse n’a pas été démontrée avec certitude, mais elle confirmerait le rôle de l’alimentation sur le patron de coloration des “races” locales.

Maintenance:

Un grand bac spacieux s’impose : 600 litres minimum pour une dizaine d’individus, où les T. m. kasabae seront seuls. Dans ce cas précis, il faudra faire abstraction de décor si on souhaite les voir en pleine possession de de leurs couleurs. Je préconise de n’introduire qu’un mâle accompagné de son harem. La tolérance mutuelle des femelles ne pose aucun problème. Quand aux jeunes, ils grandiront auprès des parents sans ennuis. Il faudra les alimenter très tôt de cyclops et de plancton végétal. À une taille de 3 à 4 cm, ils profiteront des plus petits morceaux de la nourriture distribuée aux adultes. Les mâles sub-adultes devront être séparés du groupe.Tropheus sp.

 

 

Ces poissons, paisibles et sociables pour des Tropheus, sont vraiment passionnants. Relativement timides, ils développent une coloration superbe mais ont le gros inconvénient de la perdre dès qu’ils sont apeurés.

(41)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés