Cyprichromis microlepidotus Poll 1956

de “Bulu point”.

Description:(d’après l’original).

Limnochromis microlepidotus sp. n.Description (ex. récoltés de 49 mm à 78 mm). -Hauteur du corps comprise 4,25 à 4,65 fois, longueur de la tête 3 à 3,2 fois dans la longueur standard. Tête 2,25 à 2,5 fois aussi longue que large. Museau conique, sa longueur comprise 3,15 à 3,45 fois dans celle de la tête, sa largeur comprise 1,1 à 1,4 fois dans sa longueur, 1 à 1,5 fois aussi long que l’oeil, à profil supérieur droit, le pédicelle maxillaire très long s’étendant entre les orbites.

Œil modéré, de forme arrondie, compris 3,3 à 3,5 fois dans la longueur de la tête. Espace interorbitaire compris 1,35 à 1,55 fois et hauteur préorbitaire 2,35 à 2,9 fois dans la longueur de l’œil. Espace interorbitaire compris 4, 7 à 5,3 fois et hauteur préorbitaire 8,35 à 9,8 fois dans la longueur de la tête.dessin de Cyprichromis microlepidotus.

Bouche très protractile et largement fendue. Maxillaire non visible à l’extrémité, caché par le préorbitaire, s’étendant jusqu’au niveau du bord antérieur de l’oeil. Mâchoire inférieure comprise 2,35 à 2,55 fois dans la longueur de la tête, à menton légèrement proéminent. Joue portant 2 rangées d’écailles.

Dents toutes fines et coniques, légèrement incurvées en une seule rangée à chaque mâchoire, au nombre de 50 environ (?) dans la rangée externe supérieure.

Os pharyngien inférieur très mince en forme de triangle mais fortement encoché à son bord postérieur et pourvu, d’une lame antérieure assez longue, aussi longue que les branches postérieures, garni de dents minuscules et pointues, seulement au voisinage du bord postérieur de l’os.

Branchiospines au nombre de 21-24 sur la partie inférieure du premier arc branchial.

(… …)

longue épine et plus long rayon mou compris 2,65 à 2,9 fois et 2,1 à 2,5 fois

dans la longueur de la tête.

(… …)

Pectorale comprise 1 à 1,30 fois dans la tête et 3,45 à 4 fois dans la longueur standard. Ventrale n’atteignant pas le niveau de l’anus, à rayons externes plus longs que les rayons internes. Caudale bien échancrée. Pédoncule caudal 2 à 2,1 fois aussi long que haut.

Coloration.― Brunâtre devenant plus claire ventralement et argenté. Nageoire verticales et rayons externes des nageoires ventrales noirâtres.

Affinités.― Cette espèce est extrêmement typique, présentant des nombres de rayons mous dorsaux et anaux, d’épines dorsales et d’écailles nettement différents de ceux de toutes les autres espèces de Limnochromis.

Dimensions.― Maximum observé : 78 mm.

Habitat.― L’espèce a été récoltée à proximité de la rive à une profondeur assez grande atteignant 12 m. En réalité il s’agit probablement d’une espèce pélagique de profondeur car elle se nourrit de copépodes.

Régime.― Le tube digestif mesurait 55 mm chez un exemplaire de 70 mm. Le contenu de l’estomac est uniquement constitué de petits copépodes pélagiques.

Reproduction.― Les spécimens sont mâles et femelles et leur maturation est très peu avancée.

Méthodes de capture.― Dynamite (2 lots). (?!)

Valeur alimentaire.― A préciser, l’abondance de l’espèce est entièrement inconnue, bien que probablement grande.

(… …)

Expérience aquariophile

Auteur: Jean-Luc Ravard (AFC 681/67)

– Localisation des Cyprichromis microlepidotus “Bulu point”▼.

Repartition de Cyprichromis microlepidotus 'Bulu point'.

Origine:

Son aire de répartition se trouve à Bulu point en Tanzanie où il fréquente les zones à proximité du substrat rocheux à des profondeurs situées entre 5 et 40 mètres.

– Observations:

La systématique des différentes variétés de Cyprichromis microlepidotus n’est pas du tout évidente et il y a souvent des confusions fréquentes au niveau de la détermination des espèces. Il peut y avoir de légères variations de teintes chez un même groupe.

Dans le bac présenté, Cyprichromis microlepidotus « Bulu point » se positionne en dominant de l’aquarium ; toutefois il n’importune pas les gobies (Tanganicodus irsacae) ni le couple de Xenotilapia papilio « Tembwe II , chaque espèce ayant son propre territoire. C’est la preuve d’un choix judicieux permettant l’observation de ces différentes espèces.

Cyprichromis microlepidotus 'Bulu point' (male).Description:

Le corps allongé, de couleur jaune brun ocre est parsemé dans sa partie haute de taches bleues. La nageoire caudale, en forme légère de lyre est jaune. Les nageoires dorsale et anale sont bleu marine et liserées de noir. Les nageoires ventrales sont jaunes. De larges bandes verticales sombres apparaissent sur le corps du poisson lors de stress ou de l’excitation. La coloration des femelles est terne et présente de légères différences entre les individus d’un même groupe.

-Dénomination:

Fait partie de la famille des cichlidés. L’holotype a été décrit par Poll en 1956 à partir de spécimens capturés à proximité de la presqu’île de l’Ubwari dans la région nord-ouest du lac Tanganyika.

Taille: 12 cm pour les mâles, 9 cm pour les femelles.

Cyprichromis microlepidotus 'Bulu point'.

Maintenance:

Pour leur bien être et vue la taille de ces poissons, il convient de leur offrir un aquarium pouvant fournir une place suffisante pour la nage en pleine eau ; 700 l me paraissent être un minimum ; il est conseillé de privilégier la hauteur du bac par rapport à sa largeur.   Des pierres à trous empilées en arrière-plan de même qu’un beau décor sculpté en polystyrène, résiné puis sablé agrémente la beauté d’ensemble de l’aquarium. Des plantes tel Anubia, que l’on peut piquer dans les trous de rochers, Cryptocorines, Crinum forment des barrières naturelles et facilitent la formation des différents territoires de ponte des mâles présents dans le bac. L’aquarium est bien filtré (une cuve de décantation dans chaque angle arrière équipées d’un pain de mousse bleue) et brassée énergiquement en surface.   Comme substrat est utilisé du sable de quartz à granulométrie très fine (presque de la poussière).   Ce banc de 11 poissons adultes (6 mâles et 5 femelles) vivent en compagnie d’un petit groupe de Tanganicodus irsacae (4 individus) qui passe son temps à picorer les algues présentes sur le décor rocheux et d’un magnifique couple de Xenotilapia papilio “Tembwe” qui se reproduit régulièrement dans cet aquarium.Cyprichromis microlepidotus 'Bulu point' (male).   La température est comprise entre 23° et 26° et le PH se situe à 8.2. Toutes les trois semaines on procède au changement d’un tiers de l’eau et on ajoute un neutralisateur liquide, du chlore.   Toutes ces observations on été faites chez Pascal Hamm, un bon ami qui élève l’espèce décrite, depuis trois ans dans un grand aquarium de 1000 litres ; par le passé des essais de maintenance ont été tentés avec un petit groupe de Cyathopharynx foai « Kalila », puis ultérieurement avec des Ophthalmotilapia nasuta « Mucosa », mais sans grand succès au niveau de la cohabitation, plus qu’houleuse entre ces différentes espèces.   Pour la nourriture, on privilégie les Cyclops de bonne qualité, Artémias, Daphnies, le mélange maison traditionnel, broyé le plus finement possible, les petits granulés « cichlid » riches en caroténoïdes et surtout la spiruline, cette algue bleue-verte (ndr : Cyanobacterium) si riche en en chlorophylle et en caroténoïdes.

cyprichromis-microlepidotus-bulu-g.2

Reproduction:

Ce poisson est un incubateur buccal maternel ; la reproduction de cette espèce s’effectue en pleine eau, à proximité d’une zone rocheuse.Les mâles territoriaux défendent farouchement contre les autres mâles un territoire de reproduction tri-dimensionnel et paradent devant les bancs composés de femelles et de quelques sub-adultes. Afin d’attirer une femelle gravide, ils redoublent de bravoure en exposant leurs plus beaux apparats. Lorsqu’une femelle du groupe est prête à pondre, elle rejoint le territoire du mâle qu’elle a choisi, en général le dominant ; celui-ci frétille de tout son corps, se tord dans tous les sens ; ses couleurs s’avivent. La femelle, attirée par cette danse, s’approche et libère un à deux œufs en pleine eau puis recule pour les happer, le mâle ayant à ce moment émis son sperme. La scène se reproduit plusieurs fois jusqu’à la fin de la ponte. Celle-ci est entrecoupée par le mâle qui chasse tout rival trop curieux. Toutefois, il arrive qu’un mâle dominé arrive à féconder les œufs pendant que le dominant chasse d’autres prétendants.

Cyprichromis microlepidotus.

L’incubation dure environ 20 à 25 jours et la femelle se cache souvent près du décor rocheux afin d’incuber dans le calme. Comme il n’y a pas de prédateur dans cet aquarium Pascal en profite pour retirer les alevins qui ont été « crachés » par leur mère ; ceux ci se cachent souvent dans les plantes de surface et ne sont pas très nombreux (5 à 7 jeunes).

Ils sont élevés à part et nourris de microvers, de nauplies d’Artémias et de petits Cyclops.

>>> Autres documents sur Cyprichromis microlepidotus <<<

(949)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés