Cyprichromis microlepidotus – Magara

Variété de Magara au Burundi

(Pisces, cichlidae, Cyprichromini)

> Voir des clichés de Cyprichromis microlepidotus <

Expérience aquariophile

Auteur: Laurent Bourdelas AFC 1633/16

#########  –*Aire de répartition de Cyprichromis microlepidotus.
Cyprichromis microlepidotus.   Introduction:

C’est au congrès de Vichy 2000 que je pus me procurer mes premiers Cyprichromis microlepidotus, sous la forme d’un ensemble de deux mâles et trois femelles, ils étaient adultes et d’après leur ancien propriétaire ils s’étaient déjà reproduits.D’après ses dires, les poissons étaient particulièrement longs à grandir, assez peu prolifiques et de plus ils avaient mis très longtemps avant de se colorer. Je me lançai néanmoins dans l’aventure même si les poissons paraissaient bien pâles dans le bac d’exposition (mais là c’est bien souvent une habitude n’est-ce-pas ? ).

Le reste est classique, folie de la fin du congrès, emballage le plus soigneux de l’ensemble des futurs pensionnaires, et puis, après les quatre heures de route, mise au goutte à goutte, et acclimatation soignée.

Voilà pour l’acquisition de ces nouveaux pensionnaires mais maintenant voici leur histoire, l’histoire de leur guerre, de leurs amours et de leur vie de tous les jours…

Cyprichromis microlepidotus "Gombe"

Cyprichromis microlepidotus “Gombe”

Maintenance:

   …”Et oui l’histoire de notre vie, c’est moi qui vais vous la raconter,  moi gros caïd, le roi du bac, et gros caïd c’est le nom que m’a donné le type qui vient souvent passer sa grosse tête devant le bac, celui qui vient nous donner à manger sans doute pour se faire pardonner de nous surveiller moi et les filles quand nous faisons des galipettes…!

   Mais bon comme à chaque fois je l’entends vanter mes couleurs si belles, je lui pardonne et je refais une démonstration,  je me cambre et je tremble de tout mon corps, ça c’est ma spécialité et puis comme je vous l’ai dit, ça lui fait plaisir et ça reste quand même mon mode de reproduction, non ?

   Mon histoire débute en Allemagne, où mon papa, un joli C. microlepidotus venu directement de Magara au Burundi, a fécondé quelques femelles de la même provenance.

   Ainsi, quelques temps plus tard nous partions pour la France dans l’aquarium d’un amateur éclairé qui prit bien soin de nous, mais nous grandissions lentement chez lui, prenant notre temps pour nous colorer, et chercher à frayer. Là, j’étais en concurrence avec d’autres mâles mais le temps passant, déjà je dominai mes petits camarades, et j’arrivai à frayer avec deux femelles du groupe. Un autre mâle profitant de mon occupation, en attira une sur son territoire et la féconda !! Voilà comment passait le temps, entre défense du territoire et tentative de fraye…

Puis un jour notre vie bascula, notre éleveur sembla nous oublier, ne nous nourrissant pas pendant deux jours, puis nous le vîmes s’approcher du bac…, et là notre sixième sens se mit en action, et bien oui notre sixième sens, celui qu’ont tous nos camarades de bac aussi, parce que vous ne vous êtes jamais posé la question de savoir pourquoi nous venions vous voir pour manger et pas pour nous laisser pécher ? ?

Cyprichromis microlepidotus.  …Notre nourrisseur s’est transformé en pêcheur, et après avoir retiré les rochers de notre joli décor, nous a pris dans des filets puis nous a mis dans des tunnels translucides avant que nous nous retrouvions dans le noir.Il a pourtant fait bien attention mais il y a eu des pertes dans nos rangs, l’eau dans laquelle nous nous trouvions ne nous allait pas, je respirais mal, mes branchies me brûlaient. Alors que je me sentais de plus en plus mal, je repartis de nouveau au fond d’un filet puis dans un tunnel translucide …

Ouf !Je suis maintenant dans un bac plus spacieux, l’eau me convient mieux et mes compagnons de bac ne m’ont pas l’air très remuants, la tête a changé devant l’aquarium mais elle a l’air sympa. Pensez donc il nous donne des artémias mais aussi des paillettes vertes et des petites crevettes qu’il appelle mysis.

Reproduction:

Mes femelles ont le ventre qui s’arrondit…, et oui je dis bien mes femelles, car il y a bien dans l’aquarium mon vieux collègue “nez jaune” mais je l’ai relégué dans le coin droit de l’aquarium et me suis octroyé le coin gauche, ce qui fait environ 20 cm pour lui et 1,30 m pour moi. Je ne suis pas trop partageur, et mon territoire s’est réduit un peu depuis que la tête a trempé ses mains (?) dans l’eau pour déplacer mon rocher repère. Je n’ai plus que 1 m de territoire mais je m’en contente quand même et j’ai suffisamment de place pour attirer une de mes femelles pour frayer. Parfois l’une d’entre elle accepte, et la ponte commence.Cyprichromis microlepidotus en aquarium.

   Elle pond un œuf puis le rattrape vite avant qu’il ne touche le sable, moi je chasse les importuns et revient frétiller de toutes mes nageoires devant elle, qui absorbe ma semence, fertilisant ses œufs pour assurer notre descendance...

Souvent mes femelles ne font pas de grosses portées et le plus souvent trois ou quatre alevins naissent, une fois même une de mes femelles a eu un seul jeune qu’elle a gardé longtemps en bouche et qui faisait à sa naissance près de deux centimètres.Ils grandissent un peu comme nous tous, avec des périodes plus rapides que d’autres, et bien nourris au nauplius d’artémias et de daphnies, ils continuent tranquillement leur croissance. Eux aussi grandiront, formeront un banc et se reproduiront pour la joie de leur futur propriétaire…

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés