• Voyage en Tanzanie

    Petit résumé de la première partie des voyages effectués le long des côtes de Tanzanie en 2010 et 2011.
    -----------------------------------
    A short summary of the first part of the trips made along the coasts of Tanzania in 2010 and 2011.


Cyprichromis pavo Büscher, 1994

Auteur : Denis Jeandel.

paru dans la RFC n° 173 de novembre 1997.

-(Texte mis à jour avec de nouvelles connaissances sur l’espèce, en particulier sa répartition).

Introduction :

Cyprichromis pavo.

   Cyprichromis pavo est un cichlidé décrit par Heinz Büscher qui l’a découvert lors de ses voyages sur la côte du sud Congo du lac Tanganyika.

Le nom d’espèce signifie “paon” en latin et fait référence à la coloration des mâles.

Répartition / écologie:

La répartition géographique connue de Cyprichromis pavo s’étend dans toute la partie sud du lac de Kanoni au Congo Démocratique, à Masalaba (cap Mpimbwe) en Tanzanie, en passant par les côtes Zambiennes.

Cyprichromis pavo | Carte de répartition de Cyprichromis pavo | sud du lac Tanganyika.

      Cyprichromis pavo vit en eau libre à proximité des éboulis rocheux à une profondeur allant de 20 à 50 mètres.

Lors des différents voyages effectués par Heinz Büscher dans cette partie du lac, il avait pu observer que sur 60 Kms de côte il existait 4 espèces  de Cyprichromini vivant en sympatrie : Paracyprichromis brieni, Paracyprichromis nigripinnis (blue neon), Cyprichromis sp. jumbo -auxquels nous pouvons maintenant ajouter Cyprichromis zonatus donc 5 espèces-, et donc une espèce intermédiaire entre Cyprichromis leptosoma et Cyprichromis microlepidotus qui fut décrite ultérieurement sous le nom de C. pavo.

Cyprichromis pavo - femelle en aquarium -

Dimorphisme:

Les mâles ont la nageoire anale et la dorsale arrondies sur le bord arrière, le corps est jaune orangé, parfois brun clair ou cuivre. Il est parcouru entièrement de points bleus. La dorsale présente une ligne bleue et est parsemée de nombreux points particulièrement visibles lors des phases d’intimidation.

Les femelles sont de couleur saumon, quatre barres foncées apparaissent plus ou moins en fonction de l’excitation du poison. Les nageoires dorsales sont de même couleur, transparentes parsemées de petits points.

La taille atteint 12 cm.

Cyprichromis pavo - mâle en aquarium -

Cyprichromis pavo,

mâle (Photo de Patrick Tawil, prise dans le bac de Heinz Büscher)

Reproduction:

La reproduction se fait par incubation buccale maternelle, les oeufs sont déposés sur une pierre plate avant d’être pris en bouche par la femelle qui se présente près de la région génitale du mâle (aspirant l’eau et la laitance) pour les féconder.L’incubation dure de 26 à 32 jours à une température de 26/27°C.Je préfère faire cracher la femelle le 25ème jour afin d’assurer l’élevage des jeunes qui mesurent 15 à 20 mm à la naissance (lâcher). Ils acceptent rapidement les nauplii d’Artemia et les micro vers ainsi que la nourriture sèche finement broyée.

Notes Personnelles

   Huit Cyprichromis pavo (3 mâles et 5 femelles) furent placés dans un bac de 700 litres; ils occupèrent rapidement l’intégralité du bac, sans agressivité à l’égard de leurs colocataires, 10 Tropheus sp. red “Chipimbi” et 6 Altolamprologus compressiceps “Tête jaune” (de Zambie).  Les parades de reproduction sont fréquentes mais sont le fait, semble-t-il du seul mâle dominant.

Le comportement s’est considérablement modifié après l’introduction de 4 couples de Cyprichromis sp. jumbo “Kitumba”. Le mâle C. pavo dominant devenant extrêmement agressif envers l’ensemble des individus du genre. Le Groupe de Cyprichromis pavo fut alors isolé dans un 450 litres en compagnie de deux couples de Altolamprologus sp. compressiceps “Nangu”.Le comportement du mâle s’est alors assoupli, la stabilité du groupe semble donc être maintenue lorsque le peuplement rassemble des espèces assez lointaines du genre Cyprichromis.Cela peut s’expliquer par le fait que, dans l’espace confiné de l’aquarium, le mâle dominant d’une espèce voit en tout autre mâle, morphologiquement proche, un rival potentiel alors que dans le vaste milieu naturel, même si les espèces  sont sympatriques, des barrières invisibles (pour nous, humains) existent certainement.

>>> Voir d’autres documents sur Cyprichromis pavo <<<

Bibliographie : Büscher H. H., 1994 Cyprichromis pavo sp. n. : Ein neuer cichlide aus dem Tanganjikasee (Cichlidae, Cyprichromini). DATZ 4/1994

Un grand merci à Denis pour son autorisation à retranscrire son article ici.

(754)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés