Pseudosimochromis curvifrons

Auteur : Sébastien Ancelin.

gtroph.fr

Description de Pseudosimochromis curvifrons en .PDF #########

 

Systématique:

L’holotype de Pseudosimochromis curvifrons a été découvert en 1942 au Burundi près de Nyanza, par Max Poll. Le taxon d’origine était Simochromis curvifrons. En 1977 Nelissen le renomme Pseudosimochromis pour devenir Pseudosimochromis curvifrons en 1991 (Maréchal et Poll).

 

Localisation:

Pseudosimochromis curvifrons, individu sauvage.Pseudosimochromis curvifrons est endémique du lac Tanganyika.
On le trouve sur tout le pourtour du lac, on note une très légère variation de couleur du Nord au Sud mais il n’existe pas de forme géographique distincte. Il vit près du rivage, exclusivement dans les endroits rocheux, à environ 5m profondeur.

Description:

Pseudosimochromis curvifrons, spécimen dominant dans un aquarium de tropheini.      Pseudosimochromis curvifrons mesure 14 centimètres pour les mâles, les femelles sont légèrement plus petite. La couleur est verdâtre à bleuâtre sur un corps à dominante argentée. Le museau est assez étroit et très obtus, la bouche est large en position subinfère. Les dents sont bicuspides dans la rangée externe, devenant coniques avec quelques dents plus grandes près du bord labial. L’œil est petit, de forme arrondie.

Dimorphisme:

Pseudosimochromis curvifrons, femelle en aquarium.

Nous l’avons signalé dans le paragraphe précédent, la taille diffère entre les mâles et les femelles. Ces dernières présentent en permanence des barres verticales sur le corps, (on retrouve également ces barres chez les jeunes individus des deux sexes). Le mâle dominant n’a pas de barres, il arbore selon la variété un fond bleu ou verdâtre.

Alimentation:

Au même titre que Tropheus moorii c’est un végétarien qui, dans la nature, se nourrit d’algues filamenteuses en broutant la couverture biologique.
L’intestin est très long en forme de tortillon friable enroulé sur lui-même. Il mesure 405 mm chez un individu de 133 mm. La dentition mi-cuspide mi-conique doit probablement signifier un régime mixte. « Max Poll signale que cette espèce est souvent prise à l’hameçon avec un ver comme appât. » En aquarium on préférera une nourriture destinée aux brouteurs.

Pseudosimochromis curvifrons, et son nid.

Mâle frétillant sur son cratère de ponte.

Reproduction: Pseudosimochromis curvifrons, alevin.

Pseudosimochromis curvifrons est un incubateur buccal maternel, le mâle défend un territoire.
Le mâle est très agressif envers ses congénères, mais également envers les autres occupants qui pénètrent son territoire. La reproduction est très différence des autres brouteurs tels que les Tropheus et Petrochromis, le mâle Pseudosimochromis curvifrons creuse un trou près d’une pierre, et y attire les femelles pour la ponte.

Pseudosimochromis curvifrons, femelle en incubation buccale.

Chez les femelles matures, on peut distinguer un oviducte apparent et bien développé. Les œufs sont relativement volumineux, il mesure 5mm de longueur, ils sont en petit nombre, dix environ. Après une période d’environ 30 jours d’incubation, la femelle relâche des jeunes d’une taille de 5 à 6 mm.

Remerciements à :  Sébastien Ancelin qui m’a généreusement autorisé à transmettre sont article paru dans le revue du GTroph.

Photos de P. curvifrons =>

(637)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés