Le danger de la Cichlidophilie !

Danger cichlids !

#########…ou les passages obligés de la passion(?)…#########

      Le pire des dangers qui guette l’aquariophile, c’est de mettre le doigt dans l’engrenage, d’acheter son premier cichlidé… Car c’est une maladie…! À partir de ce moment là il y a plusieurs chemins possibles:   
  1. L’arrêt immédiat et retour au marchand.#########
  2. L’arrêt immédiat et retour au marchand, et retour rapide et spécifique vers cette famille captivante !#########
  3. Suppression des “sardines” avant tout, pour n’avoir que ces poissons dans l’aquarium.#########
  4. Achat d’incubateurs buccaux (“Haplo”), trouver ce comportement tellement incroyable qu’on en veut d’autres espèces, achat d’un couple de pondeurs sur substrat caché, pour diversifier…#########
  5. Avoir des alevins et acheter une autre cuve pour les faire grandir…#########
  6. Acquérir un couple de pondeur sur substrat caché voir son aquarium colonisé et achat d’une espèce différente pour découvrir  le comportement des incubateurs buccaux bi-parentaux…#########
  7. Désirer observer les comportements d’espèces diverses et acheter des aquariums de grandes tailles afin de leur offrir les meilleures conditions de vie, d’espace, en respectant les besoins territoriaux des espèces…#########
  8. Emplettes dans un magasin spécialisé de spécimens sauvages !#########

 

      Cela commence généralement par les espèces les plus vendues en animalerie, soit des américains du Sud (Apistogramma spp., Astronotus, “Cichlasoma” divers, S. discus, Pterophyllum…), soit des fluviatiles africains (Pelvichachromis spp., Steatocranus, Hemichromis spp.…), soit des cichlidés des grands lacs africains (Mbuna(s), Julidochromis spp. très souvent hybrides les uns avec les autres , N. brichardi, N. leleupi/longior, parfois N. tretocephalus et N. brevis…).   

J’oublie volontairement les parrot-cichlids, pigeon-bloods, et autres colorfull et albinos divers, car là n’est pas le thème (ceci est un article sérieux !).

      Débuter dans les cichlidés n’est pas toujours -pour ne pas dire jamais- une chose facile.

      Prenons un exemple aléatoire ; un aquariophile pratiquant achète, car il leur trouve de belles couleurs, un groupe de 5 ou 6 Hemichromis “lifalili” juvéniles… Aaah quelle beauté, oh quel plaisir des yeux ces livrées rouges-sang constellées de perles bleues !

      Hi hi hi ! C’est le début, comme le banc de Rasbora est beau, le grand Scalaire voile est du plus bel effet au milieu des Vallisneria, Cryptocoryne, Myriophyllum

      Hop c’est parti ! Au bout d’un certain temps ces jolis poissons, en particulier deux de ces poissons vont s’isoler derrière une des pierres du décor et chasser violemment les autres pensionnaires… Un matin, plus de guppys… Trois jours après, le P. scalare “voile” qui avait déjà vu ses nageoires déchirées, est retrouvé coincé entre le thermoplongeur et une vitre (une face bien cuite ? )… Pourtant c’est un cichlidé lui aussi !?

Acheter d’abord et se renseigner ensuite n’est pas un bon schéma de fonctionnement.

      Oui mais, un vit en Amérique du sud et l’autre est un fluviatile africain, l’un vit plus généralement de manière grégaire, l’autre est plus solitaire et ne forme de couple que pour la ponte en défendant farouchement son nid ! Il y a donc des associations d’espèces –ce que notre néophyte va très vite comprendre– qui sont impossibles, pour ne pas dire aberrantes. Bien sûr, comme souvent c’est le poisson qui pâtira de cette méconnaissance, mais gageons que rapidement un début de compréhension se fera jour dans l’esprit de ce nouveau “malade” et que rapidement il saura qu’acheter d’abord et se renseigner ensuite n’est pas un bon schéma de fonctionnement.

 

      Il apprend donc, et d’un bac planté de feuilles tendres et longues tiges, il va passer au bac rocheux et sableux où l’important deviendra plus l’observation, au lieu du plaisir d’avoir des couleurs “pétantes” qui grouillent dans une eau pleine de nitrates faute d’avoir su avant que l’eau d’un aquarium se change régulièrement…  

#########

      Petit à petit il deviendra “moins petit”, il aura encore des déboires, mais des vrais bonheurs émailleront son chemin de cichlidophile, il dépensera sans compter car son loisir sera devenu un centre d’intérêt prioritaire, un violon d’Ingres “possessif” et presque exclusif. Il pensera aussi à générer des souches en s’offrant des poissons sauvages en arrivage direct du lac Tanganyika par exemple …

 

Maladie aquarium     À bien y regarder, il devient évident qu’il est atteint, qu’il a atteint le point de non retour, et qu’il approche un danger de plus sans le voir… L’esclavagisme !
S’il ne réagit pas, il sera envahi ; d’une petite passion bien tranquille, cela pourrait devenir une accumulation, un besoin de rétention maladif, un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze, treize (c’est un porte malheur ? )…, 50, 75 bacs !!! Il n’aura bientôt plus un moment de libre pour lui, pour les autres, raisonnera en termes de rentabilité, passant son temps en changements d’eau, grossissement, et vente (par n’importe quel moyen…) de jeunes poissons…  

#########

       La passion sera morte, même s’il croira toujours l’être … (Passionné), et d’aquariophile il sera devenu “éleveur”, de “roi” de ces petits univers, il ne restera qu’un “serf” corvéable à merci.

      Gardons nous en donc, gardons nous de dépasser nos limites, gardons nous d’être “cichlid addict“. Ainsi le but est bien d’être et d’avoir le temps… Le temps de regarder plus que de voir nos poissons vivre, leurs petits grandir et se développer, de les offrir pourquoi pas. Un pur plaisir à vivre sans modération !

 

      Entendre des pompes vibrer, le clapot des sorties d’eau, voir un mâle en pleine forme frétiller devant une femelle, entrevoir des alevins juste éclos, faire mille kilomètres pour ramener un couple d’une espèce qu’on cherche depuis 5 années, discourir sur la meilleure façon de faire se reproduire une espèce difficile avec d’autres passionnés… Tout ça avec le regard de l’extase perpétuelle, de l’enfant qui découvre, à chaque instant, quelque chose de nouveau…  

 

        C’est ça la cichlidofolie (?), une voie tranquille et reposante, en relation avec l’élément aquatique dont nous sortons tous. Bienvenue aux néo-cichlidophiles, et bonne continuations aux anciens.

Si vous vous posez des questions particulières sur la cichlidophilie, n’hésitez pas à venir nous en toucher quelques mots sur le FORUM.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés