Hydrocynus goliath – volet 2 –

Présence du Goliath dans le lac Tanganyika

Article issu de “Tanganyika cichlids” de Eric Genevelle.

Hydrocynus goliath (gueule).gif (110180 octets)

 

Pour faire suite à l’article de Dann Douglas sur le Tiger Fish, ce dernier a eut la gentillesse de me transmettre un courrier de G.W COULTER de février 1965 qui relate sa présence dans le lac Tanganyika.

Je vous relate donc de larges extraits.

Introduction

La présence de l’immense poisson tigre, Hydrocynus goliath dans le lac Tanganyika est intéressante à deux niveaux : premièrement cela concerne l’arrivée d’un nouvel immigrant provenant du fleuve Congo et deuxièmement, c’est un poisson pour la pêche. Le seul autre représentant de sa race dans le lac est Hydrocynus vittatus, qui est généralement très présent le long des rives du lac.

Notes de sa présence dans le lac Tanganyika

Il y a quatre témoignages indiquant la présence du H. goliath dans le lac Tanganyika, tous provenant de la partie sud du lac longeant la frontière de la Zambie. Ils sont décrits ci dessous.

 

 

1/ Poll (1953) : « détecté la présence d’un petit spécimen de 7.4 cm attrapé par filet « seine » sur une plage de la baie de Mbete, près de Mpulungu. »

2/ Poll : « fut raconté par un pêcheur sportif britanique d’Albecorn qui a pêché à la ligne plusieurs poissons tigre d’à peu près 40 kg dans la partie sud du lac. Après des recherches à Albecorn, je n’ai pu trouvé qu’un seul spécimen d’H. goliath pouvant m’enlever tout doute concernant l’existence du goliath dans le lac. Ce spécimen pesait 37 kg et fut attrapé à la ligne dans le lac pas loin de l’embouchure de la rivière Lufubu en 1946. »

3/ Un spécimen de 10 kg fut attrapé à la ligne près des rives bordant l’embouchure du Nkamba en juillet 1964. Il fut gelé partiellement après sa capture et j’ai eu l’opportunité de l’examiner.

4/ Un grand poisson tigre fut harponné par un pêcheur local dans le lac, près de l’embouchure de la rivière Kalambo en 1963. Plusieurs personnes ont été attaquées et blessées au moment ou elles nageaient dans les bas-fonds, mais quand elles réalisèrent que l’attaque ne provenait pas d’un crocodile mais d’un poisson, il fut harponné du canoë. Sa longueur était estimée à peu près 1,5 mètres.

Carte goliath.jpg (91767 octets)

 

Certains points importants ressortent de ces constatations. Le spécimen de 7.4 cm était trop petit et il est très peu probable qu’il venait de la rivière Lukuga – la seule rivière du lac avec le fleuve Congo dans laquelle le Goliath vit habituellement. La distance la plus courte entre la rivière Lukuga et la rivière Mbete est d’à peu près 400 km, mais dans le lac, l’Hydrocynus se confine près des rives. Il semble plus probable que le spécimen fut pondu dans un des affluents de la rivière dans la partie sud du lac. Le seul affluent qui peut être considéré dans ce secteur comme une vraie rivière est la Lufubu.

Hydrocynus goliath.

La taille du spécimen de 37 kg démontre que c’est bien un H. goliath qui a attaqué les baigneurs près de l’embouchure de Kalambo et pas un H. vittatus. Le plus grand vittatus découvert jusqu’à présent et en provenance du lac Tanganyika pesait 7 kg. Il est à noter aussi que l’attaque d’humains par des poissons d’eau douce est très rare.

L’H. vittatus du lac Tanganyika diffère au niveau morphologique, surtout par la longueur du corps qui est très importante comparativement à sa hauteur (près de trois fois). Le spécimen de la baie de Nkamba fut clairement identifié comme un vittatus, mais les descriptions le rapprochent fort d’un H. goliath.

Hydocynus_goliath.gif (14502 octets)
Hydrocynus goliath
Hydocynus_vittatus.gif (16866 octets)
Hydrocynus vittatus

Hydrocynus vittatus

Hydrocynus vittatus (courtoisie Tautvydas Pangonis).

 

Note d’Eric : Comme vous pouvez le constater, la présence du goliath dans le lac Tanganyika reste en partie un énigme. Pourquoi ne le trouve t-on uniquement dans le sud ?
On a avancé l’hypothèse que ce poisson serait présent dans tous le lac et que les captures effectuées au sud seraient liées au fait que dans les autres régions du lac, on pratique peu la pêche à la ligne. Quoi qu’il en soit, il est clair que le goliath n’a pas pour origine le lac, mais qu’il y ait migré à une époque où la Lukuga coulait en sens inverse (elle se déversait dans le lac). Sa présence, principalement marquée dans le fleuve Congo confirme cette origine.

Reste que vu la ressemblance du goliath avec le vittatus, les rapports évoquant sa collecte sont souvent mis en doute, la distinction entre les deux n’étant particulièrement visible qu’à taille adulte.

Alors, pourquoi ne pas tenter l’expérience et partir à la collecte du goliath dans les eaux bleues du Tanganyika. Une légère crainte liée à son caractère quelque peu chagrin ? ? ? ?
Bah, ce n’est rien de moins qu’un petit crocodile à nageoire avec des dents qui, il faut le reconnaître, dépassent les 3 cm. Rassurez-vous, si vous veniez à être mordu par un spécimen, il serait très facile de distinguer sa morsure de celle d’un crocodile. En effet, un crocodile déchire sa proie et la plaie n’est pas nette. En contre partie, le Goliath fait une morsure propre, nette, bien nette et profonde.

Un amour !

Un grand merci à Dann pour toutes ces informations.

(1012)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés