Le lac Tanganyika de la préhistoire à nos jours

 

Au commencement Dieu créa le ciel et la terre.

Or la terre était un chaos, et il y avait des ténèbres au-dessus de l’Abîme,

et l’esprit de dieu planait au-dessus des eaux… (La genèse)


…Non je ne suis pas un mystique, je suis celui qui cherche et entend plus qu’il n’écoute …

les pieds bien plantés … La tête dans le firmament … Heureux d’être vivant comme feu d’artifice…

Et se plaisant à rejoindre l’élément vital… L’eau…!

Jean Bisoton


15 milliard d’années, âge de l’univers…,

4.5 milliards d’années début de la formation du système solaire…,

Pas de vie, puis ébauche de molécules complexes…

Durant 3 milliard d’années, c’est le: Précambrien*…………….!!!

La série du système de l’ère qui nous intéresse est le miocène*, qui vit la formation de la vallée du rift,dont le lac Tanganyika, il y a environ 12 millions d’années
 
 
 

Les continents au miocène. Les continents au miocène (de -23.5 millions d’années, à -5.3 millions d’années), époque de la formation de la fracture du rift Africain, et du Tanganyika (son âge étant actuellement estimé entre 12 et 15 millions d’années, pour la fosse la plus ancienne!).

Le lac Tanganyika

(du Kiswahili*, “KU TANG ANYA”, et qui signifie:”lieu du mélange, et le lac est un lieu de mélanges…), est le plus long des lacs de la vallée de l’Est africain.

Une correction parvenue de la part de Mr.Amissi R. Tundula Mkangyadu Burundi:

…Ce nom vient des Babembe, une éthnie qui habite le nord du lac Tanganyika dans le territoire de Fizi au sud d’Uvira. Les Babembe parlaient de “Etanga ‘ya ni’a” pour signifier “un lac d’eau plein de poissons”. Ce probablement vers le XVIIIè siècle, et que les arabes et éventuellement, des explorateurs européens ont transformés “etanga ‘ya ni’a” en Tanganyika, l’actuel nom de ce lac. Les origines swahili que vous rattachez à ce nom sont fausses et il n’y a aucun lien historique qui peut le justifier. Les Swahili sont originaires de l’océan indien bien que le Swahili comme langue est répandue partout en Afrique de l’est et centrale…

Sa longueur atteint les 670 Km, sa largeur varie de 22 à 80 Km, sa surface avoisine les 32. 900 Km², et son altitude se situe à 775 m. . Son volume atteint les 30.000 Km³, qui représente la moitié du volume de la mer du nord, qui n’atteint que 94 m. de profondeur! C’est le plus profond lac du monde après le lac Baïkal* avec une fosse dite de “Zongwe” ou “Alexandre Delcommune”et atteignant -1 470 m. .
A la hauteur de Kalemie (R.D.C.) un haut-fond traverse le lac à une profondeur maximum de 55 m. Le lac possède donc aux alentours de 2000 kilomètres de côtes ! Qui sont certainement très loin d’avoir toutes été investiguées.

Les recherches de nappes pétrolifères ayant été effectuées dans le lac, et sous forme de carottages, ont permis de mettre en évidence une fantastique accumulation sédimentaire*, se tassant sous son propre poids, ce tassement ayant induit certaines erreurs quand à l’estimation de l’âge despaleo-lacs*.

Cette accumulation atteindrait en certains endroits l’épaisseur de 6000 m. ce qui nous donne une profondeur brute de 7500 m. !

Strates visibles à Samazi.

Strates visibles à Samazi.


Chaque pays limitrophe possède ses eaux territoriales:

Burundi=2.600 Km², Tanzanie = 13.500 Km², R.D.Congo = 14.800 Km², Zambie = 2.000 Km².

Les côtes en fonction des biotopes.

PAYS

SABLE

INTERMÉDIAIRE

ROCHES

MARAIS

BURUNDI

78 %

8 %

4 %

10 %

TANZANIE

21 %

15 %

57 %

7 %

ZAMBIE

20 %

21 %

57 %

2 %

CONGO

30 %

27 %

39 %

4 %

TOTAL

31 %

21 %

43 %

5 %


Le bassin versant*, qui draine quelque 250 000 Km² ; et dont les rivières principales sont:

la Rusizi (aux environs de Gatumba, Burundi, la Lufubu (aux environs de Kadiolwe, Zambie), la Malagarazi (aux environs de Rungwa, Tanzanie), la Ifume (aux environs de Karema, Tanzanie), la Lunangwa (aux environs de Simba, R.D.Congo); déversent vers la cuvette 24 Km³ d’eau par année, soit une tranche de 703 mm (37% de l’alimentation); les pluies fournissent une part de 1 024 mm soit 41 Km³ par année (correspondant à 63% de l’alimentation en eau).

      Comme l’évaporation substituant une part de 1 800 mm (soit 94,4% des apports annuels), les eaux captives issues d’un bassin riches en roches basiques, et bien que douces, ont une teneur en sels dissous non négligeables (598.4 mg/l), Les variations saisonnières de la pluviométrie entraînent des variations régulière de la surface totale du bassin : leur niveau est au plus haut en avril – mai, au plus bas en novembre, la dénivellation entre les positions extrêmes atteignant 0, 80 m.

Les monts Mahale

Les monts Mahale au coucher du soleil.

Vers le fleuve Congo

Le bassin versant

(principaux affluents, et son effluent “la Lukuga”)

bassin versant (drainage) du lac Tanganyika.


Cheminée hydrothermale (+bactéries anaérobiques)En outre, des déformations tectoniques encore actives (visibles aux environs de Pemba sous forme d’évents ou “de sources thermales”) ajoutent leur effet aux variations interannuelles de pluviosité pour engendrer une oscillation à longue échéance des eaux du lac. Bien qu’elle ait été esquissée à une époque plus ancienne que les autres, la fosse actuelle du Tanganyika est, en effet, conséquente à la fracture dite “Rift Valley” parcourant l’Est africain, regroupant plusieurs lacs dont les principaux sont: le lac Kivu (prof. = 780 m.), le lCheminée hydrothermale (à cap Banza)ac Edouard: (prof. = 111 m.),le lac Albert (prof. = 48 m.), le lac Kioga (prof. = 3 à 5 m.!), le lac Victoria (prof. = 93 m.), le lac Malawi (prof. = 706 m.). Nous savons qu’à l’origine il y avait un lac unique (9 à 12 millions d’années), par mouvements des plaques tectoniques, un deuxième bassin apparut (7 à 8 millions d’années), puis un troisième (2 à 4 millions d’années).

Nous savons donc qu’à l’origine, il y eu un, puis deux, puis trois paleo-lacs séparés et que le niveau actuel fut atteint lors l’épanchement du lac Kivu vers le Tanganyika par la rivière Rusizi, , pour en arriver plus ou moins au lac que nous connaissons.


Des variations sensibles et récentes du niveau du lac (dues à une “migration” de la ligne de partage des eaux des bassins hydrographiques.) nous ont été rapportée en 1878, lorsque, le niveau du lac montant, le cours de la Lukuga s’inversa vers le bassin du Congo, ce qui régularisa le niveau du Tanganyika (effluence dont le débit varie de 100 à 200 m³ seconde)!

#########Il est à noter que la fracture de l’Est africain s’ouvrant à la vitesse de 2 à 3 cm. par an, le début de sa séparation complète d’avec le continent est prévue dans 5.000 000 d’années, devenant ainsi un nouveau bras de mer.

(dont le nom sera peut être: “golfe du Tanganyika” ou “mer du Tanganyika”).

Dans un autre ordre d’idées, la taille du lac Tanganyika est relativement abstraite vu de France, voici donc un petit montage qui vous donnera une idée du rapport proportionnel entre les deux ►


L’activité sismique et volcanique

est continue dans le secteur du lac Tanganyika et de la fracture du rift.

émanations de gaz à cap Banza (Ubwari)

émanations de gaz à cap Banza (Ubwari)

Dans le lac certains périmètres – région de Bemba ou Pemba qui est plus approprié, étant le nom du lieux signifiant en Swahili “chaux” en relation avec l’activité volcanique et les sources thermales, et cap Banza – des gaz, arrivés des profondeurs de la terre, remontent en chapelets de bulles vers la surface. Les cheminées thermales sont une expression rare en milieu aquatique (par exemple dans la mer de Cortez en Californie et à grande profondeur) et ils possèdent une faune singulière et inféodée à ces paramètres difficiles, hautes températures, gaz toxiques, métaux lourds, sels minéraux corrosifs tel que le souffre. Dans le lac Tanganyika, vivent uniquement des bactéries adaptées à de tels biotopes, qui ne vivent plus en fonction du soleil et de la photosynthèse, mais en fonction des sels dissous et ainsi pratiquent une chimiosynthèse, extrayant par “digestion” tous ces éléments, les transformant en éléments nutritifscheminée hydrothermale (lac Tanganyika) assimilables par l’organisme. Dans le lac ne vivent donc que des bactéries dans ces conditions, mais dans la mer de Cortez (Californie) tout un chapelet d’êtres indissociables ont créés une chaîne alimentaire autour de ces évents, bactéries, vers, poissons, crustacés.

Des microcosmes rares qui, comme par hasard et dans une moindre mesure, se retrouvent dans le lac Tanganyika.

Les expéditions Tanganydro ont étudiées ces êtres très singuliers et ont pu reconnaître un grand nombre de ces bactéries.

En Ethiopie existe une zone qui présente de ces évents fossiles , se trouvant dans une dépression anciennement recouverte par les eaux, ils se sont formés comme ceux du lac et après la disparition du milieu aqueux, leurs structures minérales sont restées là, figées pour des siècles.


Femelle Altolamprologus compressiceps et stromatolites

Femelle Altolamprologus compressiceps gardant ses œufs pondu dans une anfractuosité des stromatolites

Des “pierres vivantes”.

#########

Un autre genre de formation se retrouve dans le lac Tanganyika, il s’agit de cyanobactéries regroupées en colonie, poussant tel un “champignon”. Premier pourvoyeur d’oxygène naturel lors du refroidissement de la planète, ces formations se #########retrouvent un peu partout autour du globe terrestre, dans des lacs et certaines régions marines également, les “champs” les plus fournis sont situé sur les côtes australiennes. Croissant par fixation de sédiments intercalés entre des couches de bactéries mortes, leur développement est très lent. Des Stromatolites fossiles se retrouvent dans certaines couches du Cambrien et du précambrien et par la suite un peu partout dans les couches fossilifère. Des groupements de Stromatolites vivants, se trouvent dans la région de Kigoma en R.D. Congo.

Stromatolites à Mtosi lac tanganyika

Stromatolites à Mtosi

(à suivre)…

Documents: Jean Pierre Hacard – Tanganydro -Lake Tanganyika Biodiversity Project.

Si vous vous posez des questions particulières sur le lac, n’hésitez pas à venir nous en toucher quelques mots sur le FORUM.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés