Les Ophthalmotilapia

Les Ophthalmotilapia

Ophthalmotilapia ventralis

Le genre Ophthalmotilapia fait partie de la tribu Ectodini. Réputés pour leurs pigmentations généralement vives, et bleuté ce sont des territoriaux virulents.

J’ai eu l’occasion d’observer un mâle sur son territoire lors de mon premier voyage, à Maswa. Le spécimen pouvait passer d’une livrée brune mimétique, à un bleu éclatant en quelques fractions de secondes !

Ophthalmotilapia ventralis

Ophthalmotilapia ventralis à Mpimbwe (Laurent Picot).

Ce changement radical était un spectacle ahurissant, et cette métamorphose intervenait lors du passage d’une femelle avec tous les frétillements habituels, ou bien cela était le prémisse à une course poursuite pour chasser un rival du territoire !
La chasse pouvait ainsi être suivie visuellement jusqu’à plus de 10 mètres du nid !

Le nid n’était d’ailleurs pas un cratère de sable, mais une roche plus ou moins plate et nettoyée, où il attirait les femelles pour la ponte.

Palettes d'Ophtalmotilapia

Détail des palettes d’Ophtalmotilapia sp. paranasuta.

Ses palettes à l’extrémité des nageoires pelviennes, sont un caractère partagé avec les Cyathopharynx, Cunningtonia, et dans une moindre mesure, les Aulonocranus.

Ils ne sont pas appelés “cichlidés à palettes” pour rien. Leurs longues nageoires pelviennes sont munies à leurs extrémités, d’excroissances des rayons qui forment des palettes de couleur claire (jaunâtre comme le sont leurs œufs). Ces palettes ayant pour but d’attirer les femelles lors de l’acte de d’accouplement, afin qu’elles absorbent le plus de laitance possible pour la fécondation des ovules.

Le genre Ophthalmotilapia est incubateur buccal maternel.


 

 


 

Le compte des espèces d’Ophthalmotilapia valides
et espèces non décrites.

  • Ophthalmotilapia boops Boulenger, 1901
  • Ophthalmotilapia heterodonta Poll & Matthes, 1962
  • Ophthalmotilapia nasuta Poll & Matthes, 1962
  • Ophthalmotilapia ventralis Boulenger, 1898
    ainsi que O. sp. paranasuta et O. sp. “whitecap”, ces dernières étant non décrites.
Ophthalmotilapia heterodonta.

Ophthalmotilapia heterodonta à Katenga (Congo) – photo Ad Konings.

En aquarium la maintenance peut s’avérer problématique au vue de son tempérament. Par exemple dans un aquarium de 15 000 litres où deux couples d’Ophtalmotilapia ventralis avaient été introduits, un dominant s’était détaché, le second était mort très rapidement… Surtout de stress dû aux agressions incessantes du mâle “alpha”…!

O. nasuta a un tempérament plus calme, mais attention tout de même.

On trouve les Ophthalmotilapia partout autour du lac, les populations sont plus ou moins denses, les aires de répartitions se chevauchent plus ou moins, dans le sud tanzanien, on retrouve 3 espèces dans tout le sud-est croisant de conserve dans les eaux bleues du lac Tanganyika…


O. boops en milieu naturel
(reconnaissable à ses grands yeux, d’où son nom).

 


O. heterodonta en milieu naturel (courtoisie Ad Konings Cichlid Press )

& en aquarium à Abysse.

 


O. nasuta (en aquarium & en milieu naturel).

 


O. ventralis (en aquarium & en milieu naturel).

 


O. sp. paranasuta (en aquarium).

 


O. sp. “white cap”.

 

 

 

Translate »